Texte : Laura Azenard – Naturopathe, spécialiste du sport

L’arthrose n’est pas une fatalité ! Elle est un rhumatisme chronique invalidant mais également une maladie inflammatoire. Elle vient d’une part, de la surexcitation des chondrocytes, cellules en charge de renouveler votre cartilage et d’autre part de la production de cytokines pro-inflammatoires qui entretiennent l’inflammation des chondrocytes. Un mode de vie anti-inflammatoire diminue vos douleurs et vos raideurs.

Dans votre assiette, généreusement

En ayant une alimentation riche en légumes, comme les crucifères riches en antioxydants et en sulforaphanes, vous neutralisez les radicaux libres qui étouffent vos chondrocytes.

Les baies et les fruits rouges sont les fruits antioxydants. Certaines graisses, les oméga-3 (huile de lin, de noix, poissons gras, graines de lin) sont de véritables pare-feux anti-inflammatoires et ralentissent la dégradation du cartilage en bloquant les enzymes chargés de le digérer : les agrécanases.

Dans votre assiette, plus modérément

Le gluten d’aujourd’hui interagit sur votre paroi intestinale et affecte son imperméabilité. Des substances alimentaires passent dans le sang et obligent votre organisme à se défendre en fabriquant des cytokines.

Les produits laitiers, surtout de vache, ont des répercussions sur vos cartilages, tendons et ligaments. D’une part, nous sommes 70 % à ne plus avoir de lactase pour digérer le lactose, le sucre du lait. Et d’autre part, la caséine, la protéine du lait, est une colle qui finit aussi par endommager votre paroi intestinale. Quant au calcium, celui des végétaux est bien mieux métabolisé.

Les produits de Maillard, qui résultent de la caramélisation de la viande (notre chère peau de poulet de grillée par exemple), sont aussi pro-inflammatoires. Privilégiez les douces et les marinades. Minimisez votre consommation de viande rouge, préférez les oeufs, les volailles, les poissons gras, les moules et les huitres.

Dans votre assiette, restrictivement

Le jeûne et la monodiète permettent à votre corps de se reposer et d’utiliser sa vitalité non plus à digérer mais à se restaurer et à se régénérer. Le jeûne diminue l’inflammation chronique dès les premiers jours.

Dans votre verre

Les jus verts sont intéressants pour leur richesse en minéraux. Les vins rouges surtout de Bourgogne sont riches en resvératrols qui améliorent la densité osseuse. Le café comme le thé noir sont acidifiants donc à oublier comme les sodas, les alcools blancs. Les terrains arthrosiques sont bien souvent des terrains sous hydratés. Buvez minimum 1,5 litre d’une eau neutre (Rosée de la reine, Montcalm ou de source).

Côté plantes

  • L’harpagophytum est la plante qui, à ce jour, a montré le plus d’efficacité grâce à ses substances, les harpagosides, qui réduisent le niveau des cytokines.
  • L’ortie, la reine des prés et le saule blanc sont des aspirines végétales.
  • La prêle est riche en minéraux et favorise le renouvellement de votre cartilage.
  • Le cassis est riche d’anthocyanes qui stimulent les glandes surrénales.
  • Le frêne contient un autre flavonoïde, le rutoside qui protège du vieillissement les tissus de vos articulations.
  • Le bambou est très riche en silicium.

Dans vos baskets

Le sport fait partie intégrante de votre traitement. S’il n’est plus sollicité, votre cartilage s’use davantage. Le sport permet de fabriquer du liquide synovial. Il renforce la musculature, ce qui soulage vos articulations. Tournez-vous vers des sports qui n’impliquent pas de réceptions violentes, ni de changements d’appui brutaux : le cyclisme, la natation, la marche, la course sur un sol souple et toutes les gymnastiques douces.

Dans votre tête

Vous devez décider de prendre soin de vous. Personne ne le fera à votre place. Cela implique des changements d’habitudes. Certes, c’est inconfortable les premières semaines mais le jeu en vaut la chandelle. Devenez acteur de votre santé !