L’agence pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique a délivré ses chiffres pour 2017, ce qu’il faut retenir…

Les organismes aérobies, dont nous faisons partie, utilisent de l’oxygène pour vivre. Cet oxygène nous est même indispensable puisqu’il permet la fabrication d’énergie au sein de toutes nos cellules, dans des petites usines énergétiques que nous appelons mitochondries.

Or, ce processus mène inévitablement à la formation d’un certain nombre de molécules réactives contenant de l’oxygène : les ROS (pour Reactive Oxygen Species en anglais, dérivés réactifs de l’oxygène en français). Parmi ces ROS, on trouve les fameux radicaux libres, molécules appelées ainsi car elles présentent un ou plusieurs électrons non appariés ou célibataires qui leur confèrent une grande instabilité. Autrement dit, ces ROS ont la possibilité de réagir avec de nombreux composés cellulaires.

En considérant les surfaces en conversion fin 2017, les surfaces certifiées bio devraient augmenter plus rapidement dans les prochaines années : de l’ordre de +23 % en 2018 relativement à 2017, et de +13 % en 2019 versus 2018.

Cette augmentation des surfaces produites en bio permettra de répondre à la demande croissante des consommateurs en produits bio français.

L’essor du bio dans les régions

Comme en 2016, près de 60 % des fermes et des surfaces conduites en bio se situent dans quatre régions :

  • Occitanie : 8 164 fermes, 422 319 ha,
  • Auvergne-Rhône-Alpes : 5 377 fermes, 235 641 ha,
  • Nouvelle-Aquitaine : 5 327 fermes, 227 352 ha,
  • Pays de la Loire : 2 927 fermes, 171 081 ha

La consommation de produits bio poursuit sa croissance exponentielle

En 2017, la valeur des achats des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique est estimée à 8,373 milliards d’euros soit une croissance de près de 17 % par rapport à 2016. 2017 marque un tournant : les GMS (grandes et moyennes surface) ont développé leurs gammes bio, de façon générale et de façon plus spécifique dans leurs magasins de proximité et le drive, porteurs de croissance.

La belle progression des ventes en Grandes et Moyennes Surfaces des produits d’épicerie (+27 %), des fruits et légumes frais (+22 %) et des boissons alcoolisées (+21 %) a contribué à remonter la part de marché des GMS à 46 % (+1,2 points par rapport à 2016). Du bio made in France. 69 % des produits bio consommés en France sont produits en France.

 

Les exportations bio en croissance de +12%

Malgré une demande intérieure importante, les entreprises françaises ont vendu pour 707 millions d’euros de produits bio à l’exportation en 2017 (en croissance de +12 % par rapport à 2016).

Les vins représentent 59 % des exportations françaises de produits bio en valeur mais d’autres secteurs se développent en 2017 comme l’épicerie sucrée et salée (+59M€) et la vente de cidre et de bière bio : +11M€.

[retrouvez toutes ces données sur le site de l’Agence Bio]

QUE PENSEZ-VOUS DE CES CHIFFRES ?

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux et faites vivre la planète Naturelles en nous racontant votre histoire. Conseils, opinions, vécu, la communauté Naturelles vous attend.