La nature cache parfois ses trésors jusque dans ses plus petits composants. C’est le cas des pépins de pamplemousse dont l’extrait (aussi appelé EPP) possède des propriétés antimicrobiennes, antibactériennes et antifongiques et est un très bon soutien du système immunitaire.

Texte : Charlotte Raut – Naturopathe

Comme beaucoup de découvertes, celle des vertus du pépin de pamplemousse s’est faite par hasard.

L’histoire la plus connue se déroule dans les années 1980, dans le jardin du docteur Jacob Harich, en Floride. Ce médecin, physicien et immunologiste, est également passionné de jardinage et grand amateur de pamplemousses. C’est en observant son compost qu’il constate que les pépins de pamplemousse qu’il y a jetés sont intacts et n’ont subi aucune dégradation. Intrigué, il décide d’étudier ce phénomène et découvre les vertus du pépin de pamplemousse.

Petit à petit, ses travaux intéressent d’autres chercheurs américains, notamment spécialisés dans l’étude des effets des microbes sur la nourriture, puis trouvent un écho à l’international dans les années 1990 avec des institutions renommées, telles que l’Institut Pasteur en France, l’Institut für Mikroökologie en Allemagne, l’United States Department of Agriculture qui lancent à leur tour des études sur l’extrait contenu dans le pépin de pamplemousse.

pamplemousse dans une assiette

Cure de pépins avant l’hiver

Ce produit très polyvalent – il couvre un champ large de problèmes de santé, cutanés, digestifs ou ORL – est particulièrement intéressant en hiver car il permet d’agir en prévention ou en traitement des maux classiques de l’hiver (rhume, laryngite, angine, grippe, etc.). Dans des périodes où l’organisme est sur-sollicité (changement de saison, froid, stress, manque de sommeil, etc.), une cure préventive d’extrait de pépins de pamplemousse par son apport en vitamine C et en antioxydants permet de soutenir le système immunitaire.

Par ailleurs, l’action antifongique et antimicrobienne de l’EPP permettra également de lutter contre les éventuels agents pathogènes qui pourraient profiter de la baisse de nos défenses immunitaires. Cette cure est particulièrement intéressante aux changements de saison propices aux infections. Lorsque les maux sont présents, l’extrait de pépins de pamplemousse sera également tout à fait indiqué pour lutter contre les agresseurs. Il est actif sur environ huit cents souches de bactéries. Ses propriétés antimicrobiennes et antibactériennes ont été démontrées par de nombreuses études au début des années 2000.

Les recommandations (dosages pour 15 ans et plus)

  • Pour soutenir l’immunité : prendre 10 à 15 gouttes d’EPP 2 fois par jour diluées dans un verre d’eau, en cure de 3 semaines à 1 mois.
  • En cas de pharyngite ou enrouement : faire des gargarismes minimum 3 fois par jour et jusqu’à 6 fois par jour avec 10 à 15 gouttes d’EPP diluées dans un verre d’eau tiède.
  • En cas de rhume : prendre 3 fois par jour 15 gouttes d’EPP diluées dans un verre d’eau ou diluer 45 gouttes dans une bouteille d’un litre d’eau et boire tout au long de la journée.

Ces recommandations ne dispensent en rien de consulter son médecin afin d’avoir un diagnostic précis. Par ailleurs, elles s’inscrivent toujours dans une démarche d’hygiène de vie globale intégrant notamment des corrections alimentaires et un rééquilibrage du rythme activité-repos. La qualité de l’EPP sera aussi un gage de son efficacité.

L’extrait de pépins de pamplemousse peut être utilisé dans différents domaines de santé. Il sera indiqué dans des maux aussi variés que des problèmes d’acné, de mycose cutanée, de candidose digestive, de cystite, d’aphtes ou de gingivite. Son large champ d’application et sa facilité d’utilisation en font un produit de référence pour tous ceux qui souhaitent prendre soin de leur santé de façon naturelle.

Seules les personnes allergiques aux agrumes s’abstiendront d’y avoir recours et les personnes sous traitements médicamenteux seront vigilantes aux éventuelles contre-indications.