Il serait dommage de cantonner les rutabagas aux récits de nos grands-parents et aux bandes-dessinées de notre enfance puisqu’ils sont de véritables alliés santé au goût rustique certes, mais savoureux. Et avec eux, toute une flopée de légumes anciens également oubliés qui raviraient pourtant les papilles des petits et des grands.

Texte : Virginie Ollivier, naturopathe

Topinambour et rutabaga

Ils sont couramment raillés, et pourtant le topinambour et le rutabaga raflent tous deux la première place du classement aliments malins ! Avec un goût proche de l’artichaut et de la pomme de terre pour l’un et du navet pour l’autre, ils rappellent des saveurs connues et appréciées tout en étant faciles à cuisiner à la vapeur, en purée, en soupe ou en gratin.

Panais

Moins connu, le panais est un légume racine riche en antioxydants qui se présente sous la forme d’une carotte blanchâtre ou jaunâtre. Il se prépare de la même façon et plaît beaucoup aux enfants après cuisson en raison de sa saveur sucrée et très légèrement épicée.

Vitelotte noire

La vitelotte noire est quant à elle une variété de pomme de terre qui se différencie des traditionnelles Bintje, Agata et Monalisa par sa couleur caractéristique. Sa peau foncée recouvre en effet une chair violette au goût subtil de noisette.

Potimarron, butternut et sucrine du Berry

Il existe de nombreuses courges mais quand arrive la saison des potages réconfortants, il est souvent difficile d’évincer le traditionnel potiron… Et pourtant, trois variétés se révèlent particulièrement délicieuses en soupe : le potimarron au bon goût de… marron, la butternut parfumée tel un beurre noisette et la sucrine du Berry douce et sucrée à la fois.

3 astuces pour initier les plus petits aux saveurs des légumes oubliés

  • Les enfants peuvent être réticents, en particulier entre 2 et 6 ans, à manger certains aliments comme les légumes verts ou ceux qui leur sont inconnus. Pour faire naître chez eux une appétence pour les légumes anciens, il convient de leur proposer de goûter, sans les forcer, le même légume sous la même forme (soupe de potimarron, purée de panais, gratin de topinambour) une dizaine de fois.
  • Lorsque le légume en question ne rencontre pas le succès escompté, il peut être judicieux de le présenter comme encas avant le repas, sous des formes plaisantes telles que les bâtonnets crus, brochettes et beignets.
  • Faire découvrir régulièrement et dès le début de la diversification alimentaire de nouvelles saveurs aux enfants stimule leur goût, de la même façon que les faire cuisiner éveille leur intérêt pour les aliments. Alors qu’il s’agisse de légumes anciens ou non, il est primordial de les faire participer au choix des produits sur le marché et à la préparation du repas, aussi petits soient-ils !