Et si nous commencions par une devinette ?

Qu’est ce qui pèse en moyenne deux kilos chez l’adulte, qui exerce une influence sur notre appétit, sur notre état, inflammatoire, sur notre silhouette, sur la vitesse de notre vieillissement, sur notre santé et notre humeur ?

Qui est capable d’indiquer les prédispositions aux maladies futures et de favoriser ou combattre ces mêmes maladies ? De quel organe peut-il bien s’agir ?

Réponse : il s’agit du bataillon de milliers de milliards de bactéries qui vivent dans notre corps, et plus particulièrement celles qui sont logées dans notre ventre, un rôle dont la science commence tout juste à mesurer l’influence déterminante notamment sur le système nerveux et l’activité cérébrale.

Ces colonies bactériennes sont aussi appelées « flore intestinale » ou « microbiote ».

De nombreuses études depuis dix ans valident l’importance de ce microbiote très souvent appelé le « deuxième cerveau ».

Et qui sait, bientôt peut-être nous parlerons de notre flore intestinale comme de notre premier cerveau car l’autre ne pèse «qu’un kilo et demi»

Ainsi, celui que nous avons toujours considéré comme le commandant en chef de notre corps a donc un allié de poids : le colon et sa flore intestinale.

En effet, de récentes découvertes révèlent que nos intestins abritent une grande quantité de neurones, toutes en lien avec notre cerveau.

La qualité de notre microbiote influe donc grandement sur nos humeurs mais aussi sur notre état de santé général.

Comment nourrir ces deux cousins inséparables pour être au top de son bien être ?

La clef est une alimentation anti-inflammatoire notamment centrée sur les végétaux bios, riches en fibres, glucides complexes, antioxydants, polyphénols et magnésium.

C’est en effet la même alimentation qui permet de maintenir dans le tube digestif une flore amicale et d’éviter la formation de protéines pathogènes jusqu’au cerveau.

Un déséquilibre de la flore intestinale entraîne assurément à la fois un état général inflammatoire et une élévation de l’agrégation des protéines béta-amyloïdes, plaques qui se forment avec l’âge entre les neurones et qui seraient toxiques (et notamment à l’origine des maladies de démences et neurovégétatives).

Lorsque la flore est déséquilibrée, sous l’effet notamment d’une alimentation non appropriée, des populations de bactéries et de champignons indésirables, comme le candida, pullulent.

Or ces bactéries et champignons aux effets nocifs peuvent dégrader des acides aminés (les briquettes qui forment des protéines)

Deux acides aminés alliés

Ces deux acides aminés sont ceux principalement concernés pour la fabrication des neuromédiateurs, composants assurant la transmission de l’influx nerveux par transmission synaptique entre neurones :

  • Le tryptophane

    Il est dans le cerveau l’élément à partir duquel nous fabriquons des neurotransmetteurs importants -la sérotonine, frein de nos pulsions.
    Son niveau augmente avec les relations sociales, les pensées positives, les contacts physiques, la relaxation, le sport, l’alimentation saine.
    Et la mélatonine, chef d’orchestre de la chronobiologie essentielle à un sommeil réparateur.

  • La tyrosine

    Précurseur de deux autres conducteurs essentiels, la dopamine et la noradrénaline.
    Ces deux neurotransmetteurs étant fondamentaux pour l’attention, la combativité, l’humeur.
    Un manque de tyrosine peut engendrer une baisse de la pression sanguine et de la température corporelle.

Notre flore intestinale synthétise donc des neurotransmetteurs.

Comment maintenir une flore équilibrée et nourrir ces acides aminés et neurotransmetteurs ?

En priorisant les aliments les plus riches en protéines, sources principales de trytophane telles que les noix de cajou, soja, les graines de citrouille, les amandes, cacahuètes, levure de bière.

En privilégiant en grande quantité les végétaux qui contiennent de la tyrosine, tel que les amandes, l’avocat, la pastèque, la banane, et en introduisant plus ponctuellement les autres aliments pourvoyeurs de ce neuromédiateur tel que le bœuf, poulet, chocolat, café, œufs, thé vert, lait, yaourt.

verre d'eau bleu

Photo : Marko Obrvan

3 principes pour vivre chaque jour avec vos deux cerveaux en top santé

  • 1.5 litres d’eau, car c’est le constituant principal en poids de notre corps (70%) et de nos cellules ;
  • L’activité sportive, qui permet notamment l’augmentation de la sécrétion naturelle de dopamine ;
  • La relaxation, ou la méditation, l’hypnose, la respiration consciente qui ont une action concrète sur le fonctionnement du cerveau et la structure du microbiote.

L’ensemble des facteurs alimentaires comme la viande et les sucres rapides qui altèrent la flore favorisent donc également la neurodégénérescence.

Ceux qui profitent à la flore familière comme les végétaux, fibres et polyphénols, protègent aussi les neurones.

Ainsi, mal nourrir notre flore peut avoir pour effet d’altérer nos facultés intellectuelles, la maîtrise de nos pulsions et de nous rendre irritables et déprimés, et tout cela en accélérant la vitesse de notre vieillissement cellulaire et cérébral.

Dès le prochain printemps, votre premier et deuxième cerveau si vous les nourrissez de toutes ces recommandations.

Dès à présent devenez un bon jardinier de votre flore et de vos neurones avec ces principes naturels santé !

La nourriture idéale pour notre cerveau et notre flore ?

 

… Ou comment apporter à l’organisme ce dont il a besoin pour une production optimale de toutes les hormones et composants importants pour toutes nos fonctions corporelles intestinales et cérébrales…

S’éloigner…

Des graisses saturées, huile de palme, beurre, fromages, produits pâtissiers et industriels contenant ces graisses ;

  • Des glucides rapides, confiture, confiseries, produits pâtissiers non réalisés maison ;
  • Des excès d’alcool,
  • Des viandes trop régulièrement, sauf pour les populations en manque ou surutilisation du fer comme les femmes enceintes les enfants en poussées de croissance et les personnes anémiées;
  • Des compléments et aliments contenant des additifs et édulcorants ( en particulier aspartame, monosodium glutamate, sucralose…).

Favoriser…

Les sources de fibres

Notre côlon et ses bactéries ont besoin de 38 grammes de fibres alimentaires par jour pour un homme et 29 grammes pour une femme.

On peut scinder ses sources de fibres en deux types :

Les fibres solubles

que l’on trouve :

  • Dans les céréales seigle, bétaglucane de l’avoine (son et flocons), orge ;
  • Dans tous les fruits, notamment dans la pomme et sa pectine, les pruneaux, les figues sèches, et aussi les haricots et leur gomme, les poireaux, carottes, choux, épinards et pommes de terre vapeur…

Les fibres insolubles

présentes dans :

  • La peau des pommes, poires, pêches, baies biologiques ;
  • Les graines, les légumes feuilles, les racines sous forme de cellulose, lignine ;
  • Dans les céréales complètes, le son de blé, la rhubarbe, les brocolis, les choux de Bruxelles, les asperges, les poires, les dattes, les figues, les pruneaux, les amandes, les légumineuses.
  • Les omégas 3
  • Acides gras essentiels pour les membranes protectrices du cerveau. On les trouve dans les huiles et graines de lin, de chia, chanvre, courge, bourrache, d’onagre. Les huiles animales et de poisson sauvages étant plus polluées elles sont à réserver aux occasions festives.
  • Les végétaux riches en microorganismes riches en pro biotiques et pré biotiques alimentaires, comme la choucroute, les autres légumes lacto-fermentés, les légumes verts, les olives et la tapenade…
  • Les sources d’antioxydants essentiellement en polyphénols via les légumes et céréales (en particulier pourpres, violets : aubergine, betterave, vitelotte, riz rouge), les fruits (en particulier la grenade, les myrtilles, cassis, mûre, fraise, framboise …), les amandes complètes, l’huile d’olive vierge, le chocolat noir…

Texte : Caroline Navette, naturopathe, consultante et formatrice bien être