La gastro-entérite est une infection inflammatoire caractérisée notamment par une diarrhée virulente.

En général, elle est due à des bactéries telles que les colibacilles, les salmonelles ou, dans la grande majorité des cas, en particulier la gastro-entérite infantile ou GEI, à un virus tel que le rotavirus.

La diarrhée s’accompagne souvent de vomissements et de poussées de fièvre, mais les symptômes varient en fonction des individus. Si elle est trop importante, elle peut mener à une déshydratation de l’organisme.

Finalement nous devrions dire «merci» à notre corps performant de faire sortir de notre organisme une dangereuse toxine : le vomissement, tout comme la diarrhée, visent à l’éliminer. C’est grâce au système nerveux qui envoie les informations et qui déclenche une réaction visant à nous maintenir en vie !

Vous comprenez mieux maintenant pourquoi prendre des anti-vomitifs et anti-diarrhéiques ne constituent pas, de ce point de vue là, une solution satisfaisante… même si c’est le premier réflexe qu’on a !

Voici donc quelques solutions apportées par la naturopathie :

 

LES SOLUTIONS NATURELLES POUR SOULAGER

Le charbon activé, un puissant absorbeur de toxines

Son grand pouvoir adsorbant lui permet de capturer les toxines grâce à sa porosité.

Attention cependant : pour bénéficier au maximum des vertus du charbon activé, vous devez acheter du «charbon activé en poudre».
Le charbon sous forme de gélule est beaucoup moins efficace.

Posologie : 1 cuillère à soupe dans un verre d’eau 3 fois par jour en cas d’intoxication alimentaire et dès les premiers symptômes.
Bien rincer votre bouche et vos dents pour nettoyer les dépôts de charbon. La coloration en noir des selles est tout à fait normale pendant toute la durée de la prise de charbon.

Précautions d’emploi : Le charbon activé ayant un fort pouvoir d’adsorption, prendre les médicaments à distance (2 à 3 heures) de la prise de charbon. Attention pour celles qui prennent la pilule contraceptive à bien veiller à ce délai. Bien s’hydrater pour éviter la constipation.

Les huiles essentielles à la rescousse !

L’huile essentielle d’origan compact : sous forme de capsules comme celles de Pranarom (en pharma et parapharmacie) : oléocaps n°2 qui contient toutes les huiles essentielles nécessaires en cas de gastroentérite : origan compact, origan de Grèce, basilic exotique (contre les spasmes), menthe poivrée (contre les nausées), sarriette des montagnes, cannelle de Ceylan (2 puissants anti-infectieux).

Cette forme de complexe vous préserve du mauvais usage de ces huiles essentielles qui, pour certaines, peuvent s’avérer très dangereuses à haute dose.

Posologie : 2 capsules, 3 fois par jour pendant 5 jours.
Pour les nausées : prenez 1 goutte d’huile essentielle de menthe poivrée avec un peu de miel ou directement sous la langue. Cela va atténuer les nausées tout en rafraîchissant votre haleine.
Pour les vomissements : mettez 1 goutte d’huile essentielle de Menthe poivrée et 1 goutte d’huile essentielle de basilic sur un comprimé neutre ou une boulette de mie de pain que vous avalerez plusieurs fois par jour jusqu’à disparition des symptômes.
Mal de tête : mettez une trace d’huile essentielle de menthe poivrée sur les tempes plusieurs fois par jour.
La diarrhée : on a souvent le mauvais réflexe de prendre un anti-diarrhéique.

Ce dernier empêchera votre organisme d’éliminer le germe responsable. Laissez votre corps évacuer !

Vous pouvez utiliser les huiles essentielles qui, elles, vont « tuer » le germe responsable et du coup stopper la diarrhée.

Voici les huiles que vous pouvez utiliser en synergie :

* Mélangez 1 goutte d’huile essentielle de cannelle écorce + 3 gouttes d’huile essentielle de niaouli + 1 goutte d’huile essentielle d’origan + 2 gouttes d’huile essentielle de citron.
Absorber 2 gouttes de ce mélange sur une demie cuillère à café de miel 5 fois par jour pendant 3 jours.

* Douleurs abdominales : 2 gouttes d’huile essentielle de basilic tropical avec un peu d’huile végétale. Massez le ventre dans le sens des aiguilles d’une montre, plusieurs fois par jour.

Rappelez-vous enfin que les huiles essentielles ne conviennent généralement ni aux femmes enceintes, ni aux enfants. Et c’est particulièrement vrai pour l’origan, qui ne doit jamais être donné aux femmes enceintes ou allaitantes. Prenez toujours conseil auprès de votre thérapeute au préalable.

 

DU CÔTÉ DES PLANTES

Les tisanes peuvent être intéressantes pour s’hydrater et compenser les pertes en eau, mais malheureusement leurs goûts, surtout en période gastro, peuvent rebuter.

À essayer si vous supportez :
Le thym en infusion : Laissez simplement 5 g de feuilles, fleurs et branches de thym infuser 5 minutes dans de l’eau très chaude
3 tasses /jour.

La camomille romaine, réputée pour ses vertus apaisantes, la camomille aide aussi à calmer les intestins attaqués par de vilains virus : elle diminue les vomissements et les spasmes intestinaux.
La tisane de camomille se vend sous forme de sachet dans tous les magasins. 5 g par tasse d’eau bouillante ; laissez infuser 10 minutes.

Il en existe d’autres bien sur comme le romarin contre les vomissements, la reine-des-près contre les vomissements et la diarrhée, l’angélique, elle, est anti-spasmodique etc….

 

LA GASTRO EST TERMINÉE ?

Une fois les symptômes atténués, recommencez à vous alimenter progressivement, en privilégiant toujours le riz, ou les fruits et légumes crus.

Après un épisode de gastro-entérite, la flore intestinale est affaiblie. Il est bon de prévoir une cure de probiotiques pour l’aider à se reconstituer.

Pensez à réensemencer votre flore intestinale à l’aide d’un symbiotique (pré + probiotique) et consommez des légumes lacto-fermentés. Si les symptômes persistent au-delà de 48h, consultez rapidement un médecin surtout pour les personnes fragiles (nourrisson, personnes âgées …).

 

 

Texte : Christelle Martin