Après le froid et les courtes journées d’hiver, alourdis par les mélanges et le trop de cuisson, le besoin de consommer des aliments sains et frais commence à se faire sentir.

Avec le début des beaux jours, les fruits et légumes qui arrivent à foison, le moment est idéal pour mettre plus de cru dans notre assiette et retrouver de la vitalité !

Toute une histoire !

L’Homme, il y a un peu plus de 2 millions d’années se nourrissait surtout de végétaux : fruits légumes frais, jeunes pousses, noix… et d’un peu de produits animaux. Notre organisme était donc à l’origine familiarisé avec le cru. La cuisson est arrivée quelques centaines de milliers d’années plus tard et aurait contribué au développement du cerveau et à la création de nouvelles synapses grâce à la découverte de nouvelles saveurs* et à une plus grande biodisponibilité de certains aliments.

Mais la cuisson a ses limites…

Un aliment est généralement considéré comme cru en deçà de 45°C (pour certains, 42°C). Au-delà de cette température, il y a d’abord perte des enzymes, éléments indispensables à la digestion des aliments. Non fournies par l’alimentation, c’est l’organisme qui prend le relais pour digérer, mais son stock est limité. En plus des enzymes, ce sont les vitamines, minéraux et autres nourritures de nos cellules qui sont détruits avec la cuisson, fatigant ainsi la digestion et à appauvrissant notre flore intestinale.

Le test de leucocytose digestive

En plus de la perte d’éléments nutritifs, la cuisson agit sur le nombre de leucocytes. Cela s’observe grâce à une prise de sang avant et après repas, montrant que plus la cuisson d’un aliment est élevée plus le nombre de leucocytes dans le sang augmente. Les globules blancs réagissent alors comme si l’organisme était attaqué. D’où fatigue et envie de dormir après un repas copieux et trop cuit.

« En plus des enzymes, ce sont les vitamines, minéraux et autres nourritures de nos cellules qui sont détruits avec la cuisson, fatigant ainsi la digestion et à appauvrissant notre flore intestinale. »

Il est donc indispensable d’apporter du vivant quotidiennement :
Commencez en douceur avec en début de repas, un peu de cru ;
Agrémentez vos plats de graines germées, levure maltée, herbes, épices… ;
Faites des goûters avec quelques oléagineux et fruits séchés, un moyen de manger du sucré sans pour autant culpabiliser !
Devenir crudivore n’est pas impératif, l’alimentation est une question d’écoute de son corps et de ses besoins, chacun est différent et il est important de respecter cela.
Privilégiez les cuissons douces : à la vapeur, à l’étouffée ou au wok.
Ne négligez pas la mastication ! Notre cerveau a besoin de reconnaître chaque aliment ingéré pour réaliser une bonne digestion.

Manger cru oui, mais avec une bonne hygiène de vie globale

L’alimentation s’inscrit dans une hygiène de vie globale qui comprend le sommeil, la gestion des émotions, l’exercice régulier, le contact avec la Nature… Manger est un des moyens de retrouver de la vitalité, il n’est pas le seul. Notre corps doit être regardé dans son entièreté !
SAMIRA BENMAHIDDINE – Naturopathe, coach minceur

F. Guillain, La méthode, Editions du Rocher


2 recettes en mode « cru » !

La salade de printemps

Salade-du-printemps

Pour 1 personne

10 minutes de préparation

75 gr de roquette, 7 feuilles de pousses d’épinard, ¼ d’avocat, 2 radis rose, 2 champignons, ½ oignon rouge, 5 olives kalamata, 2 noix, un peu de graines germées d’alfalfa, du curcuma frais, 1 cuillère à café de purée de sésame complète, 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1 cuillère à café de citron, 1 cuillère à café de sauce soja.

PREPARATION SALADE

Lavez la roquette et les feuilles de pousses d’épinard, disposez les joliment sur une assiette,
Dénoyautez et coupez le quart d’un avocat en petits morceaux,
Lavez et coupez les radis rose en rondelles,
Emincez un demi-oignon, ajoutez le tout joliment sur l’assiette,
Disposez ensuite par dessus, les olives, les noix, les graines germées et finissez en râpant un peu de curcuma frais

POUR LA SAUCE

Mélangez la purée de sésame et l’huile d’olive que vous ajoutez petit à petit afin de bien l’incorporer à la purée,
Ajoutez le citron et la sauce soja,
Incorporez le mélange à la salade, il ne vous reste plus qu’à déguster !

Salade de légumes colorés

PHOTO-SALADE-COMPOSEE

Pour 1 personne

10 minutes de préparation

1/3 de patate douce, 50gr de betterave lactofermentée, une poignée de pousses de pourpier, 1 échalotte, ½ betterave, ½ avocat, 3 cuillères à soupe d’huile d’olive, 1 cuillère à café de citron, 1 gousse d’ail, 1 cuillère à café de sauce soja, du cumin.

PREPARATION SALADE :

Epluchez la patate douce et râpez la, disposez la sur une assiette,
Ajoutez la betterave lactofermentée par dessus (vous pouvez la remplacer par de la choucroute),
Lavez une poignée de pourpier que vous ajoutez,
Retirez la chaire du demi avocat, écrasez la avec une fourchette, ajoutez une gousse d’ail préalablement râpée et mélangez le tout avec l’huile d’olive, le citron, la sauce soja et le cumin,
Faites 4 tranches de betterave et coupez les au centre formant des demi cercles (conservez le reste au réfrigérateur pour une prochaine salade),
Mettez une partie de la crème d’avocat sur 4 demi tranches de betteraves, posez les autres par dessus et disposez les joliment sur la salade,
Ajoutez un peu d’eau au reste d’avocat, pour en faire une sauce,
Coupez finement les échalottes, ajoutez les à la préparation,
Et terminez avec la sauce d’avocat, il ne vous reste plus qu’à déguster !