Chaque femme se trouve confrontée, dans notre société moderne, à la nécessité de concilier de nombreuses fonctions qui ne sont pas toujours en adéquation avec une hygiène de vie saine. Entre la gestion du stress au quotidien et un idéal d’équilibre, la naturopathie propose des solutions pour améliorer le bien-être et accompagner les femme de la manière la plus naturelle possible tout au long des différentes étapes de sa vie.

Une femme a la particularité de se distinguer de ses homologues masculins par un système hormonal plus complexe. En effet, elle est régie par l’alternance permanente entre œstrogène et progestérone. Cette influence unique est parfois difficile à gérer dans le quotidien car elle s’accompagne souvent de troubles plus ou moins gênants et exacerbés par un état de stress fréquent.

De nombreuses femmes sont assez sensibles aux fringales de sucre en seconde partie du cycle menstruel et il n’est pas facile de trouver un équilibre sans une prise en charge au niveau du terrain qui permettra également de comprendre les mécanismes qui favorisent ces compulsions alimentaires.

L’approche naturopathique va permettre de mieux traverser ses phases inconfortables grâce à l’alimentation, à l’utilisation des plantes et des compléments alimentaires.

Ces conseils concernent les bases d’un équilibre alimentaire général qu’il convient de suivre tout au long de sa vie de femme car l’alimentation reste au cœur des préoccupations pour stabiliser son hygiène de vie au quotidien.

Les aliments et produits à surveiller sont le sucre, le tabac et l’alcool qui sont trois ennemis du cycle féminin. Le grignotage entre les repas est à éviter car il surcharge le tube digestif et utilise l’énergie de l’organisme pour la digestion au détriment des autres facultés, ce qui fatigue considérablement l’organisme.

Le petit déjeuner doit apporter l’énergie nécessaire à l’activité matinale. Il sera plutôt riche en graisses de qualité (amandes, beurre frais, avocat… ) et en protéines (jambon blanc, œufs coque ou fromage frais de qualité biologique). L’idéal est d’éviter la consommation de sucres rapides (jus de fruits, confiture, céréales sucrées…).

Consommer des fruits en dehors des repas et au moment de la collation vers 17 ou 18h avec un carré de chocolat ou encore quelques amandes ou noisettes.

Consommer des huiles crues, de première pression à froid et de qualité biologique. Les apports en acides gras doivent être apportés en quantités importantes dès le plus jeune âge et encore plus à l’adolescence. Il est donc nécessaire de varier les huiles pour bénéficier de leurs diverses propriétés.

La puberté où l’arrivée dans le monde des femmes

Les nombreuses transformations qui accompagnent ce premier passage sont souvent accompagnées de troubles métaboliques, psychologiques ou hormonaux. Avec la puberté, c’est le cycle féminin qui débute, c’est donc le moment d’observer attentivement les premiers signes d’un éventuel dysfonctionnement.

Il faut savoir qu’il est possible, pour une jeune fille d’attendre plusieurs cycles avant d’avoir une stabilité et une maturité dans la fréquence de son cycle. Ceci est important pour comprendre que l’irrégularité constatée dans les premières années est physiologique et il peut-être sage d’attendre un peu avant de penser à la pilule pour « réguler » un système hormonal qui demande simplement du temps pour sa mise en place ! Le système endocrinien qui régule le cycle menstruel est très sensible aux contraintes, tensions émotionnelles et stress en tous genres, il faut donc veiller au respect de règles d’hygiène de vie fondamentales pour éviter les déséquilibres.

Au niveau psychique, il est important d’apporter un soutien si la jeune fille a du mal à accepter cette période de changement et de transformation et les Fleurs de Bach sont tout à fait adaptées et particulièrement bénéfiques.

Au niveau physiologique, certaines plantes vont aider à réguler le cycle débutant et parfois douloureux comme le bourgeon de framboisier qui est efficace dans les cas de règles douloureuses et difficiles ou dans les retards de règles. L’alchémille est aussi une plante fondamentale pour réguler les troubles féminins, elle sera prise en extrait de plantes fraîches ou en teinture mère, parfois en association avec de la bardane si des problèmes de peau sont associés au trouble hormonal.

Dans la vie d’une femme, certains problèmes gynécologiques se présentent et vont avoir parfois tendance à s’installer. C’est le cas des mycoses vaginales. Elles sont souvent liées à un déséquilibre de la flore digestive et doivent être traitées de manière globale. Au niveau alimentaire, il est indispensable de réduire sa consommation de sucres, surtout raffinés, de laitages et d’alcool. Un apport de probiotiques peut être proposé par voie interne ou par voie vaginale afin de rétablir la flore de protection. Il existe aussi des ovules à base d’argent colloïdal et de propolis qui sont à utiliser par voie vaginale et qui conjuguent efficacité et confort d’utilisation. Il convient d’utiliser des produits d’hygiène non agressifs et au Ph inoffensif pour la toilette intime quotidienne comme le savon d’Alep ou un gel lavant intime certifié et labellisé. Il en va de même pour les serviettes hygiéniques et les tampons qui seront choisi en coton bio et non blanchis au chlore, sans additifs et parfums de synthèse !

En ce qui concerne le syndrome prémenstruel, il est utile de surveiller son alimentation quelques jours avant l’arrivée des règles. Si dans la seconde partie du cycle, les femmes ont souvent tendance à consommer plus de sucres, c’est aussi du a un taux de progestérone trop faible associé à une carence en sérotonine, un neurotransmetteur qui permet de stabiliser l’humeur et de réfréner les compulsions alimentaires. Le tryptophane est un acide aminé qui permet d’améliorer la sécrétion de sérotonine, il sera consommé sous forme de complément alimentaire, en association avec magnésium et vitamine B6 aux alentours de 17h et pendant les 15 derniers jours de chaque cycle. Là encore, l’achillée millefeuille ou l’alchémille vulgaire apporteront leurs propriétés régulatrices sur le syndrome prémenstruel. Si cette période est aussi propice aux sautes d’humeur et à un sentiment d’irritabilité fréquent, le safran, la passiflore ou l’angélique seront les alliées idéales en association avec le magnésium.

Cette période de développement du féminin s’accompagne d’un désir tout à fait naturel de plaire, de séduire et les pièges sont nombreux pour faire vendre des produits de beauté miracles et des régimes minceur qui vont apporter leur lots de dérèglements hormonaux à long terme. Quant aux régimes, force est de constater que les troubles occasionnés sont majeurs car les carences en nutriments ou micro-nutriments essentiels sont la cause de nombreux troubles comme le stress et la fatigue chronique, la chute des cheveux, la peau sèche… L’organisme est fragilisé, s’encrasse à cause des habitudes alimentaires nocives, des toxines et des toxiques accumulés dans les tissus.

Les tisanes drainantes, dépuratives du foie et stimulantes des fonctions rénales seront utiles pour nettoyer l’organisme de façon régulière à l’aide de plantes comme le chardon marie, l’artichaut ou la piloselle.

Les acides gras essentiels sont une solution naturelle pour apporter au quotidien une meilleure élasticité de la peau et une protection contre le vieillissement cellulaire et ainsi préserver son capital beauté. Les apports en acides gras oméga 6, grâce à l’huile d’onagre vont permettre de stabiliser l’équilibre hormonal tout en ayant un effet sur les peaux sèches. Les acides gras oméga 3 seront apportés par les huiles de cameline, lin ou chanvre et les poissons gras comme le hareng, le maquereau ou la sardine.

Autre étape importante dans la vie d’une femme, la baisse du taux de sécrétion des hormones et l’arrêt des menstruations. C’est un âge délicat pour de nombreuses femmes, un vrai tournant, parfois mal vécu sur le plan psychique car lié à une image de déclin. Au contraire, avec le soutien des Fleurs de Bach et un accompagnement global, cette période peut être synonyme de renouveau et d’accomplissement.

Pour accompagner au mieux cette période il faudrait laisser faire la nature, accepter la légère prise de poids qui permet de stocker les œstrogènes et ainsi éviter leur chute trop brutale et l’incidence sur les bouffées de chaleur. Ne pas consommer trop de produits laitiers mais préférer les oléagineux et le poisson pour les apports en calcium.

L’hygiène de vie, l’alimentation, la phytothérapie et l’activité physique régulière, qui densifie la structure osseuse, sont les piliers d’un équilibre global. La consommation régulière de produits alimentaires à base de soja (tofu, miso, tempeh) est bénéfique à condition de ne pas en abuser. Eviter le sucre au maximum, augmenter les apports en acides gras de la famille des oméga 3 et en vitamine D3 sur la période hivernale. Au niveau des plantes, l’alchémille ou le houblon seront bénéfiques pour atténuer les bouffées de chaleur et l’huile d’onagre permettra également de limiter la sécheresse vaginale. Ne pas oublier les plantes reminéralisantes comme la prêle, le cassis ou l’ortie piquante.

De la puberté à l’âge mur, le parcours de chaque femme est jalonné d’épreuves qui sont autant de sources de maturation et de réalisation.

La naturopathie peut aider les femmes à profiter de chaque période, les vivre à fond, dans leur côté positif comme dans les périodes plus difficiles. La vie d’une femme, c’est donner un sens à la liberté, à l’épanouissement et à la créativité en restant au plus près de la nature.

Carole Prost